Discours anti-impérialiste dans les concepts économique et politique! – Ahmad André Bekhrad-tab

Les intérêts des couches sociales, des forces politiques et des individus se manifestent sur la base de l’appartenance de classe et révèlent ainsi notre véritable nature. Par conséquent, nos intérêts se mélangent aux affiliations de classe, mais une partie des habitudes et des actions humaines peuvent se cristalliser en dehors des affiliations de classe, comme les couleurs et les images dans la nature, les émotions de la nature vivante, ainsi que les besoins physiques et les motivations émotionnelles, et de cette manière, tout ce qui est l’expression des formes humaines naturelles, sont les objets et les sujets du trans-classe. Dans le domaine politique, nous sommes également confrontés à des faits tels que nous sommes directement impliqués dans leur diffusion, comme les slogans « Les prisonniers politiques doivent être libérés » ou « Abolition de la peine de mort » et « Femmes, vie, liberté » et. .. qu’il existe dans la lutte sociale comme  une nécessité pour de les propager et de les promouvoir, et autant une relation raisonnable concernant les objectifs stratégiques de la révolution, et c’est précisément du point de vue que les concepts trans-classes peuvent servir les objectifs de classe, mais leur point de départ toujours sera trans-classe. Mais qu’est-ce qui met en évidence la nature de classe des couches, des forces socio-politiques et des individus si leurs intérêts sont en conflit avec les réalités sociales et ne peuvent pas concilier la situation existante avec les faits, parce que quand les intérêts des individus, des couches ou des partis politiques sont supérieurs aux réalités sociales et provoque la justification de Machiavel et la destruction humaine. À cet égard, Lénine a tout à fait raison lorsqu’il rappelle : « C’est un dicton bien connu que si les axiomes géométriques devaient répondre aux intérêts des gens, certainement les rejetteraient » (1).

Aujourd’hui, nous voyons sur le front des certaines personnes et des certaines forces politiques la négation des théorèmes et réalités existants, ou en d’autres termes, le rejet des réalités sociales concrètes. En Iran La croissance intellectuelle et de pensées du pays l’a amené à développer dans sa grandeur protestataire, cet à dire avec ses attitudes intellectuelles ils rejettent toutes les pensées destructrices et rejettent tours 🇱🇸 idées à combiner le pouvoir politique avec toute forme de religion, à cet motif et par expérience, pouvoir politiques religions ou clérical est profondément contraire aux réalités du développement social et humain, nous avons observée avec les cris des peuples travailleurs et opprimés et la dénonciation incessante des pensées néfastes mentionnées ci-dessus et la promotion en direction de la centralisation des principes de la lutte des classes, les pas vers « la liberté et l’égalité » sont pavés, les signes de qui ont été constatés lors du soulèvement social de l’année dernière.

En d’autres termes, le soulèvement social s’est complètement démarqué avec la révolution islamique frauduleuse de 1979, où toute force de toute envergure, lorsqu’elle s’emparait du drapeau de la religion, s’appropriait une partie de la force sociale en raison du retard intellectuel du peuple.  Comme l’« Organisation des Moudjahidine du peuple» et le « Conseil national de la Résistance »,qui était organisé un peu après la révolution islamique un groupe  qui sont étrangers même au symbole et à la civilisation bourgeoise très lointaine par rapport à la laïcité, parce que leurs plan central et leurs alternative et « République Démocratique Islamique » sont en faillite totale avec les revendications juridiques et sociales du soulèvement de 1401 (2022) et cela prouve que leur conflit avec la “République Islamique” n’est pas dans le contenu mais dans la forme. Ou, en d’autres termes, en utilisant les normes sociologiques, ils n’ont pas un conflit réelle et de base avec la République islamique (les différences entre ces deux phénomènes sont familiaux et font partie des différentes formes politique sur la ligne de la religion des chiites islamiques), ils ; Autrement dit, l’organisation Moudjahiddine, qui s’est vendue aux impérialistes depuis de nombreuses années, est actuellement au sommet de la faillite politique et est considérée comme une carte brûlée dans leurs jeux politiques. Les monarchistes connaissent eux aussi un sort tout à fait similaire et constituent une force sociale très néfaste.

Mais dans ce marché chaotique et avec une compréhension irréaliste et jusqu’au niveau de la tromperie et de l’hypocrisie, toutes les forces se disent anti-impérialistes, et la République islamique d’Iran est également considérée comme anti-impérialiste sans évaluation les concepts économique et sociale, ce qui fait que une partie de ses partisans fait dépendre le soulèvement social (2022) du peuple iranien des revendications impérialistes et avec l’hypocrisie énormément de qualifie son leader « le guide suprême » , Ali Khamenei, d’« anti-impérialiste ». Bien entendu, ces questions sociopolitiques inversées incluent également les oppositions bourgeoises de la République islamique. Quoi qu’il en soit, tout phénomène prend les couleurs et des paroles de l’impérialisme et de la lutte anti-impérialiste au nom des intérêts qu’il poursuit et ils sont très loin des autres des discussions persuasives et affirmatives.

Un résumé de l’impérialisme et de la lutte anti-impérialiste !

Nous savons tous que l’impérialisme est un phénomène mondial du système concurrence et crée des trusts de capitaux et des cartels. L’impérialisme possède une souveraineté politique, économique et culturelle, et en divisant et en suprématie sur les marchés mondiaux, il reflète ses relations dans la concentration de la production et plus que dans l’exportation de capitaux plutôt que dans l’exportation de marchandises. Lorsque nous disons que l’impérialisme est la forme la plus élevée du système capitalisme, nous faisons également référence à un mécanisme qui, en plus de la promotion et de la croissance du système existant, autan l’exploitation en faveur des employeurs, deviennent plus larges et plus brutales. …, car le néolibéralisme actuel, qui est extrait du cœur de l’impérialisme, l’un de ses types, exige le pouvoir des employeurs du capital au-dessus du pouvoir politique.

Même si Marx n’a pas vécu à l’époque de la domination totale de l’impérialisme, il en a prédit les signes et les symptômes dans le processus d’expansion croissante et dans le cadre de sa concentration. Par conséquent, dans un premier temps, nous réalisons que l’impérialisme est le fruit du système capitaliste, où la contradiction fondamentale entre le travail et le capital se situe en son sein, où le travail et les biens sont en relation directe les uns avec les autres, et où leurs échanges et leurs dépenses sont en relation directe avec le système capitaliste. se présentent comme des valeurs, et la valeur ajoutée des employeurs privés et de l’état constituera son essence fondamentale. Nous sommes conscients de la culture impérialiste et nous savons que plus le capital augmente, plus les salaires diminuent. Le salaire minimum est cyclique, mais face à la croissance du capital, il a une tendance à la baisse. Selon Marx, « on ne pourra jamais identifier et vérifier ni le profit minimum ni le profit maximum », et de la même manière, le profit impérialiste est le résultat d’un tel mécanisme et on ne pourra pas en préciser les limites. Marx écrit à ce sujet :

« Le développement même de l’industrie moderne doit nécessairement faire pencher toujours davantage la balance en faveur du capitaliste contre l’ouvrier et que par conséquence la tendance générale de la production capitaliste n’est pas d’élever le niveau moyen des salaires, mais de l’abaisser, c’est-à-dire de ramener, plus ou moins, la valeur du travail à sa limite la plus basse. ». (2)

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, le travail et les biens sont interdépendants dans le système capitaliste, de sorte que toute augmentation des salaires peut faire baisser le taux général de profit. C’est pour cette raison que Marx écrit : « Le profit maximum se situe au salaire minimum et à la journée de travail physique maximale. » (3).

Pourquoi faisons-nous référence à ces faits comme au système capitaliste et aussi d’impérialisme, simplement parce qu’en examinant son caractère général et sa fonction, nous pouvons montrer avec quelle pensée, quelle critère et pratique sociale, quels éléments et quelles forces peuvent être anti-impérialistes. En conséquence, la première question qui nous pèsera est de savoir quand nous pouvons être anti-impérialistes, La réponse c’est claire ;  quand on a dans nos pensées sociales  la nature anticapitaliste. Par conséquent, comment les forces, les couches et les gens qui croient au système capitaliste peuvent-ils se qualifier d’anti-impérialistes, et même dans la mesure d’un discours de ridicules, qui est entaché de tromperie, le système capitaliste de la République islamique est considérée comme « anti-impérialiste » !. Ceux qui, au nom du communisme et de grands hommes comme Marx, Engels et Lénine, encouragent de telles intentions et tromperies devraient mettre de côté ces théories criminelles et ne pas défendre les tueurs professionnels du système islamique au pouvoir.  L’anti-impérialisme est enraciné dans tout le contenu de l’anticapitalisme, n’insultez pas ouvertement la dignité humaine et les forces politiques révolutionnaires ainsi que les peuples en quête d’égalité et en réalité sont anti-impérialistes ! Bien sûr, il existe des différences et divergences dans les couches sociale concernant la forme et l’avancement dans la méthode d’exploitation au sein d’une classe, ces différences peuvent atteindre leur paroxysme et même provoquer une guerre impérialiste. La République islamique ne peut pas être anti-impérialiste, car elle constitue le noyau central du système capitaliste et l’exploitation brutale de la main-d’œuvre met en évidence son véritable caractère, mais en même temps, elle peut avoir de nombreuses différences dans les programmes politiques et la manière de gouverner., nous ne devons pas oublier qu’ils sont de la même famille, c’est-à-dire qu’ils sont les défenseurs du système d’exploitation capitaliste et son soutien total contre la classe ouvrière. Ce genre de différences existe toujours. Actuellement, même les impérialistes occidentaux qualifient la Chine et la Russie d’impérialistes en raison de la redivisions des régions du monde et des grandes différences et contradictions qui sont apparues dans ce domaine. À cet égard, les impérialistes américains et européens sont-ils des anti-impérialistes ? De la même manière, les impérialistes chinois et russes qualifient l’Europe et l’Amérique de pays impérialistes. Ces deux pays sont-ils également anti-impérialistes ? Non ce n’est pas comme ça; Aucun d’entre eux n’est anticapitaliste pour être anti-impérialiste. L’hypocrisie a aussi une limite !

La situation actuelle et le rôle des impérialistes

Afin de ne pas alourdir mon texte, je me limiterai à la situation actuelle du monde impérialiste en passant brièvement sur quelques questions et événements passés. C’est-à-dire les événements qui ont provoqué la puissance multipolaire du monde actuel. Les paramètres qui avaient rendu le

monde unipolaire pendant les guerres mondiales et même après la chute du mur de Berlin, dont le tournant a été observé dans la guerre des Balkans, progressivement en raison de la crise économique, des changements significatifs sont apparus et ont conduit à la multipolarité. Des crises qui augmentent le montant des emprunts financiers de certains pays impérialistes et qui prouvent également la stagnation et le déclin de leur puissance économique dans la situation intérieure. Nous pouvons documenter ces situations à tous les niveaux politico-économiques, mais en raison de la compacité de nos écrits et pour montrer la situation interne des pays impérialistes, je me concentrerai uniquement sur le « Produit intérieur brut » et pour le prouver depuis le dernier j’utilise le statistiques du secteur économique des Nations Unies. Dans le tableau ci-dessous, nous verrons le « Produit intérieur brut » de 13 pays à forte puissance financière, qui ont été étudiés et recherchés de 2003 à 2023, en cours depuis la crise économique de 2008 jusqu’à aujourd’hui, c’est-à-dire pour une période de vingt ans, les changements et les causes fondamentales de la bipolarité. Les chiffres du PIB sont représentés en bleu en 2003, en orange en 2013 et en jaune en 2023.

Si l’on veut évaluer ces revenus financiers pour 13 pays, on peut déterminer le revenu par habitant de l’ensemble de la population de chaque pays. Mais notre discussion porte davantage sur la croissance et la relative carence de ces revenus financiers, et de ce point de vue, nous soulignons les résultats de 2023.

Selon les statistiques économiques présentées dans le tableau, le premier pays économique au monde en termes de « Produit intérieur brut » est la Chine, avec une croissance de 750 %. Après la Chine, les États-Unis d’Amérique occuperont la deuxième place avec une croissance de 600 pour cent. et le Japon, respectivement, près de 200 pour cent. 4 et 5 Russie et Brésil, qui ont connu une augmentation significative par rapport au passé et ont atteint 150 %. 6- Allemagne, un peu plus de 100 pour cent. 7, 8 et 9 respectivement l’Inde, l’Angleterre et la France, 100% 10 et 11 – d’abord le Canada puis l’Italie plus de 50%. 12- Arabie Saoudite 40 pour cent. 13- Qatar 25%.

Nous pouvons voir que le degré au pourcentage de croissance économique progresse de telle manière que la Chine réalise le plus de croissance dans ce domaine, et que la Russie et le Brésil dépassent également l’Allemagne et les États-Unis d’Amérique, bien qu’ils aient une croissance de 600 %, mais dans un analyse et calcul est relativement dégradé par rapport à son passé. Parmi eux, l’Angleterre et la France peuvent être comptées dans l’ampleur relative de ces baisses. Cela fait partie des changements seulement pour une raison parce que ils existent d’autres factures survenus dans l’économie mondiale qui ont provoqué la bipolarité.

(4).

Le système capitaliste de la République islamique ne peut pas fournir de véritables statistiques économiques au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque mondiale, et ce qu’il déclare à ces institutions n’est pas vrai, car la mafia économique, en volant les biens des gens, fait également partie du système. les équations du « Produit intérieur brut » sont en services des islamistes ainsi aux voleurs du pouvoir de la république islamique D’Iran, et aussi les parts importantes qui appartiennent au peuple iranien et à partir desquelles le « revenu financier par habitant » est déterminé, aux poches des factions religieuses réactionnaires. comme l’argent liquide au « Hezbollah »  Libanais, en Irak, au Yémen, etc… (il convient de noter que chaque fois que ces aides astronomiques sont interrompues pour une raison quelconque, ils ne reconnaîtront pas la République islamique d’Iran), résultat de statistiques irréelles. sera annoncé. Dans ce contexte, nous pouvons nous contenter d’un autre exemple. L’Iran est derrière l’Arabie Saoudite dans l’industrie pétrochimique en raison de vols et de pillages financiers. L’ILNA a annoncé au nom d’un expert en énergie nommé M. Khaqani : « Le fait est que l’Arabie Saoudite est loin devant l’Iran dans l’industrie pétrochimique » (5).

Nous savons tous que la croissance de l’industrie pétrochimique est directement liée aux ressources gazières souterraines : même si l’Arabie saoudite est privée de réserves de gaz dans son pays et que l’Iran possède de vastes ressources gazières, son industrie pétrochimique est beaucoup plus avancée que celle de l’Iran. elle possède des marchés mondiaux, en particulier au Moyen-Orient. Nous voyons comment les voleurs, les terroristes et les voleurs professionnels de la République islamique ont mis l’économie iranienne dans un état misérable.

//////////////////////////////////////////

Nous portons également de nombreuses contradictions au sein du mouvement communiste en Iran, et c’est dans cette perspective que nous ne sommes pas en mesure d’adopter les positions et les alternatives claires du Conseil du travail par rapport au soulèvement social. Nous nous basons de plus en plus sur les lignes de la social-démocratie, et nous sommes loin de la décision politico-sociale, et nos positions ont pris le poids du compromis, et la politique diplomatique et les considérations non révolutionnaires y occupent une place prédominante.

Dans l’ensemble, nos partis communistes abordent le mouvement ouvrier ainsi que le mouvement social de 1401 avec des vues bourgeoises. Ils examinent la « charte minimale » présentée qui a les positions de la social-démocratie en tête, sur la voie du socialisme, et au lieu de promouvoir le mouvement social et sa transformation sur la voie de la lutte des classes et de mettre en valeur la force de travail avec Ses différentes couches choisissent le nom et le code de « Révolution Jina » dans les objectifs fondamentaux de la société. Même si un jeune femme innocent nommé Mehsa (Jina) Amini n’était pas devenu une victime, le mouvement aurait été en préparation pour tout le pays, et c’était expliqué à l’intérieur et à l’extérieur de la prison de nombreux militants du pays, dont « Sohail Arabi » (6),  ont clairement expliqué lors d’une conversation avec « TV. Canal shora » au cours de leurs enquêtes à l’intérieur et à l’extérieur de la prison. Cela montre que nous à l’étranger disposons de peu d’informations et d’analyses sur l’état clé de la société en raison du manque de liens politiques organiques.

À titre d’exemple, la conception de certains slogans n’est pas sans poser de problèmes. Par exemple, de mon point de vue, le slogan « pain, travail, liberté » ne peut pas refléter les faits, car le « travail » représente la base des relations sociales dans le domaine de la subsistance et de la continuité de la vie humaine. Nous ne devrions pas mettre le « pain » en premier et ensuite le « travail », car nous dénaturerions les relations marchandes les plus fondamentales. En revanche, pour obtenir du « pain », il faut d’abord faire du « travail ». En conséquence, pour clarifier les revendications, nous devons présenter un argument clair et correct et propager et promouvoir le slogan correct et logique « travail, pain, liberté ». On peut dire que ce slogan a été conçu ainsi il y a des années. Ma réponse est que nous avons commis de nombreuses erreurs dans le passé à l’échelle mondiale et que aujourd’hui nous devons les corriger.

 en langue Persane (Iranienne ) , le 13 Mehre 1402 – 5 octobre 2023

Editer et distribuer en langue Persane (Iranienne ) , le 13 Mehre 1402 – 5 octobre 2023  –  en langue Française le 13 octobre 2023

Ahmad André Bekhrad-tab

Les références:

1- Marxisme et révisionnisme – Lénine

2- Salaire, Prix, Profit, Karl Marx

3- Ibid

4- Enquêtes économiques des Nations Unies – Anctad

5- ILNA (Agence iranienne du travail). Dimanche 2 Mehre 1402 – 24 septembre 2023

6- Sohail Arabi (activiste de gauche), plus de 8 ans en prisons de la république islamique et depuis un an en liberté provisoire.

About admin

Check Also

Il n’y aura pas d’issue sans un parti communiste révolutionnaire – Nathalie Arthaud

Il n’y aura pas d’issue sans un parti ouvrier communiste révolutionnaire

دیدگاهتان را بنویسید

نشانی ایمیل شما منتشر نخواهد شد. بخش‌های موردنیاز علامت‌گذاری شده‌اند *